EN/FR/

La dépression saisonnière

daylight dépression saisonnière

La dépression saisonnière ou trouble affectif saisonnier (TAF) ou poétiquement appeler le blues de l’hiver, est une forme de dépression liée au manque de lumière naturelle. 18 % de la population canadienne se dit affectée par une déprime hivernale qui est souvent confondu avec le trouble affectif saisonnier. Cependant, la déprime hivernale, malgré le manque d’énergie et le moral plus fragile qui peuvent en découler n’est pas un cas médicale. La dépression saisonnière est une maladie qui touche environ 10 % de la population nord-américaine. En effet durant l’hiver les journées sont plus courtes, les périodes d’exposition et l’intensité de la luminosité est moins forte. On estime que cette luminosité mesurée à environ 100 000 (lux) un jour d’été peu chuté à 2 000 (lux) un jour d’hiver. La dépression saisonnière est à prendre sérieusement puisque quand elle s’ajoute à une dépression dite « classique », elle aggrave les symptômes.

« En 1984, le Dr Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur au National Institute of Mental Health, a été le premier à démontrer le lien entre lumière et dépression. C’est en constatant que l’exposition à la lumière artificielle à large spectre pouvait profiter aux personnes souffrant de symptômes dépressifs pendant la saison hivernale que le Dr Rosenthal a pu démontrer le rôle joué par la luminosité sur l’horloge biologique interne et l’humeur » Source : Passportsanté Canada, 2019.


Ces recherches ont permis de découvrir l’importance de la lumière dans la régulation de l’horloge biologique interne. En effet, cette horloge interne permet de réguler les cycles d’éveil et de sommeil, ainsi que la sécrétion de certains types d’hormones. 

Quelles en sont les causes ?

La cause de la maladie n’a pas encore été trouvée, cependant, elle est lié à plusieurs changements dans le corps. En effet, le manque de soleil et de lumière est une des causes les plus connues. En effet, la lumière, est primordiale pour le corps. Une fois qu’elle est captée par l’œil, elle se transforme en signaux électriques. Ces signaux sont envoyés au cerveau afin d’activer les neurotransmetteurs. Parmi ces neurotransmetteurs, se trouve la sérotonine qui permet de réguler l’humeur (On l’appelle « l’hormone du bonheur. ») et nous tenir en éveil. Le changement de saison peut impacter également la production de mélatonine (pour les cycles du sommeil). On comprend donc, que les dérèglements hormonaux que peuvent causer un manque de lumière sont parfois suffisant pour entraîner les symptômes de la dépression saisonnière. 

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes les plus communs sont la prise de poids, la difficulté à se concentrer, un besoin accru de sommeil, l’irritabilité, un manque d’énergie ou un sentiment de déprime plus élevé en automne et ou hiver. Pour qu’un trouble affectif saisonnier soit déclarer, les symptômes doivent apparaître au même moment chaque année sur une période minimum de 2 ans. En général, ces symptômes se résorbent avec l’augmentation de la lumière en été. 

Il est possible de lutter contre cette dépression, et s’aider soi-même. Pour cela, il est nécessaire de continuer à vous exposer le plus souvent possible à la lumière, que ce soit chez vous ou en extérieur, et cela, malgré le froid. La lumière naturelle vous aidera, et le sport également afin de lutter contre le stress et les changements d’humeur. 

Si vous vous reconnaissez dans ces symptômes, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre médecin, afin de rencontrer un spécialiste. Un psychologue pourra vous aider et vous diagnostiquer si besoin est. Ainsi que vous accompagner durant cette période qui peut être difficile. 

PS: Consultez nos articles sur un bon mode de vie ICI!